Bien-être

Méditations guidées en groupe : premières impressions !

La « méditation », beaucoup de gens ont ce mot à la bouche ces derniers temps : effet de mode ou pratique d’une extrême nécessité ?
Peut-être trop jeune pour m’en souvenir, j’ai tout de même l’impression que l’engouement général pour la méditation est assez récent. Pourtant, il s’agit d’une pratique ancestrale, transmise à travers les siècles.
Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire un cours sur l’histoire de la méditation et sur les différents types de méditation : je ne suis pas assez experte en la matière. En revanche, je vais vous parler de mon ressenti et de mon début d’expérience de cette pratique qui est tout sauf facile, contrairement à ce que certains pourraient croire.
 

Comment la méditation est-elle venue à moi ?

C’est en raison de mon naturel stressé et anxieux qu’un bon nombre de personnes de mon entourage m’a incitée à la méditation (comprenez ici qu’ils me trouvaient chia… Pénible ! et ils avaient raison !)
C’était l’année de mon concours, chaque minute de mon temps passée à faire autre chose qu’étudier était selon moi une minute de perdue. Alors, m’asseoir les yeux fermés à attendre que ça passe, quel intérêt ? Grossière erreur de ma part !
Le temps a fini par passer.. Au passage il m’a donc fallu une grosse remise en question et une démission pour enfin me recentrer sur l’essentiel : moi, et sur ce qui fait sens pour moi, ce qui me fait vibrer quoi ! Désormais je sais prendre le temps de me reconnecter à moi-même et la méditation commence à y participer un peu.

 

Mes timides débuts en méditation

J’ai d’abord commencé, comme un grand nombre de personnes j’imagine, avec l’aide d’applications comme Petit Bambou : mais une fois les dix premières séances passées, on se retrouve un peu livrés à nous-mêmes si on ne veut pas payer. Heureusement, il en existe d’autres, (bon, ok, souvent payantes au bout d’un moment) : j’aime beaucoup Insight Timer car on peut y trouver des méditations guidées, de la musique pour méditer mais aussi des podcast de personnes expertes dans ce domaine. Évidemment, pour la gratuité, il y a la mine d’or qu’est Youtube quand on a le temps de fouiller un peu.
Je me suis quand même intéressée à la méditation quand j’étais maîtresse car je rédigeais un mémoire sur la thématique du bien-être à l’école : j’utilisais la méthode Calme et Attentif comme une Grenouille, d’Eline Snel, (mes copines maîtresses reconnaîtront sans doute !) sans grand succès.. enfin c’est ce que je croyais !
C’est finalement lors d’une conférence de Fabrice Midal que j’ai compris que méditer ne signifiait pas faire le vide dans sa tête et ne penser à rien, en réalité il s’agit de se rencontrer soi-même et d’écouter ce que notre corps a à nous dire.
Reboostée suite à cette conférence, je m’y suis remise puis l’envie est retombée aussi vite qu’un soufflet ! Hyperactive, je n’arrivais pas à mettre ce tête à tête avec moi-même en haut de ma To Do List du jour : efficacité & rentabilité d’abord !.. Là aussi, je me trompais..
En fait, j’avais besoin d’être guidée, en vrai ! D’être accompagnée et aiguillée dans ma pratique.
C’est pourquoi, début septembre, j’ai commencé des séances de méditations guidées, proposées par un ostéopathe, à raison de quarante-cinq minutes par semaine.

 

La méditation de groupe

Qu’on se le dise clairement, c’est un vrai exercice ! La première séance m’a fait paniquer plus qu’autre chose, on était au moins douze dans ma tête, prêts à tout analyser.
Il était possible de s’asseoir sur une chaise ou sur le sol, avec un tapis et tout ce qu’il faut bien sûr !
J’ai voulu tenter la chaise, et ça ne l’a pas fait du tout ! Pourquoi ? Car il fallait que mes pieds touchent le sol et comme je suis haute comme trois pommes, ce n’était pas chose simple : j’étais dans une position inconfortable des plus désagréable, les fesses au bord de la chaise, avec l’angoisse légitime de la faire basculer en avant avec tout mon poids, tout en tentant de maintenir mon dos droit. Mais j’ai finalement appris au fil des séances que l’inconfort faisait partie de la méditation.
Il y a un autre point que je suis obligée d’évoquer : la proximité avec les gens ! Tout mon système était en alerte (j’ai vraiment besoin d’espace vital) : j’avais peur de bouger, de déglutir trop bruyamment, de respirer trop fort, de tousser.. de gêner les gens en fait ! Et bien évidemment (bah oui, sinon ce ne serait pas drôle) quand je concentre mon attention sur ce que je ne dois pas faire, je le fais ! Dites-moi s’il vous plaît que je ne suis pas la seule ! C’est donc après avoir déglutis 632 fois en moins de 40 minutes et interchangé mes pieds autant de fois possible sur ce même laps de temps que je me suis clairement dit que ça allait être compliqué pour moi !
Puis, dans le discours de la personne qui nous accompagne dans cette pratique, j’ai compris que nous n’étions pas dans le jugement : ni des autres, ni de nous-mêmes et ça m’a aidé à accepter quelques uns de mes.. dysfonctionnements ! J’y suis retournée la seconde fois en décidant de m’installer au sol et là, ça a changé la donne !

La position pour méditer 

La méditation, ce n’est pas de la relaxation ! Sinon, ça s’appellerait.. de la relaxation !
Pour méditer il est donc vivement conseillé d’être en position assise (évidemment dans la mesure où cela est possible) : sur une chaise ou sur le sol. 
Il faut bien avoir trois appuis : les deux pieds (ou les deux tibias) et le bassin. Il existe différentes façons de s’asseoir : on peut s’aider d’un zafu par exemple (c’est un genre de coussin, je vous laisse regarder sur Google image si ça vous intéresse) ou encore d’un banc de méditation. J’imagine qu’il y a d’autres alternatives encore !
Pour les mains, il est possible de les poser sur les cuisses, les genoux ou encore l’une dans l’autre (la main droite dans la main gauche si je ne dis pas de bêtise), paumes vers le haut. 
Le corps doit être en éveil (et non en veille, ce n’est donc pas le moment de ronfler !) : il faut rester en alerte sur sa posture, détendu mais le dos bien droit, comme si un joli fil d’or nous tirait vers le haut depuis le sommet de notre crâne. La bouche doit être légèrement ouverte, il est possible de s’aider en plaquant sa langue contre les dents du haut. 
Quant aux yeux ? Personnellement je les ferme pour l’instant mais il est possible de les avoir mis-clos en regardant le sol devant soi. Certaines méditations invitent aussi à avoir les yeux grand ouverts. 
Bon je ne vais pas vous mentir, il est difficile de rester concentrer sur ces différents paramètres et c’est justement quand on se rend compte que nous n’y sommes plus attentif qu’on revient à l’essence même de la méditation en se reconcentrant. 
En effet, à travers les différents exercices, il est tout à fait normal que nos pensées s’emballent et que notre hamster se mette en route ! Pour comprendre la référence, je vous invite à regarder cette vidéo de Serge Marquis (médecin québécois expert de la gestion du stress et de la prévention des risques psycho-sociaux) : On est foutu, on pense trop !
Il faut donc prendre nos pensées en compte, sans les juger, puis revenir à l’exercice. 

Un exemple d’exercice 

Il existe une infinité d’exercices possibles. Vous pouvez écouter des méditations guidées comme celles du célèbre psychiatre Christophe André ou encore du très reconnu philosophe Fabrice Midal. Mais vous pouvez aussi pratiquer tout seul, à tout moment de la journée (oui, oui, c’est possible !)
Je vous propose donc aujourd’hui un exercice tout simple, mon préféré, idéal quand on débute en méditation. Il a été mis en avant par le Docteur David Servan Schreiber. 
Il s’agit d’inspirer pendant cinq secondes et d’expirer pendant cinq seconde durant au total cinq minutes. 
Pour s’aider à compter voici la technique : 
Inspiration : 1, 2, 3, 4, 5
Expiration : 2, 2, 3, 4, 5
Inspiration : 3, 2, 3, 4, 5
Expiration : 4, 2, 3, 4, 5 
Vous l’avez ? Quand votre premier chiffre est 60, vous avez fait vos cinq minutes !
L’idéal serait de répéter l’exercice plusieurs fois par jour (3 fois serait le top !) : 
Avant de manger (ça peut permettre de se calmer et d’éviter de manger avec ses émotions), dans les bouchons (pour rentabiliser son temps et surtout éviter de s’énerver et de lâcher des « con***d » à tout bout de champs), avant d’aller dormir (pour s’apaiser et éviter de mettre le hamster en route), dans une fil d’attente, avant de passer un coup de fil important (pour être le plus détendu possible) etc. 
 Je vous propose également ici une alternative en vidéo : il vous suffit de caler votre respiration sur la petite balle bleue qui monte et qui descend ! 

Quels sont les bienfaits de la méditations ? 

Un grand nombre de bienfaits lui sont reconnus, cependant pour ma part au stade où j’en suis il n’y a que le pratique qui me le dira. En réalité, la méditation est comme un sport ou l’apprentissage d’un instrument de musique : pour progresser il faut s’entraîner encore et encore, il y aura des séances qu’on jugera ratées (mais qui en réalité ne le seront pas), des moments où on aura moins envie (comme quand il faut enfiler ses baskets pour courir sous la pluie) et puis des jours où on verra tout le chemin parcouru depuis le début ! Un jour peut être que cela deviendra une philosophie de vie pour moi, en tout cas c’est ce vers quoi je souhaite tendre. 
Pour l’instant je n’arrive pas à m’y tenir quotidiennement, mais au moins trois fois par semaine. Je vous conseille de vous installer un petit coin tranquille chez vous pour cela : un cousin confortable, quelques bougies ou encore de l’encens par exemple pour en faire un moment agréable, comme quand on se fait faire un soin de beauté : Cocoonez-vous ! 

Je vous encourage vivement à prendre ce genre de moment pour vous, nous vivons en plus à une époque ou de nombreux outils peuvent nous accompagner dans ce genre de pratique même si en réalité, vous avez juste besoin de respirer, ce qui ne coûte pas cher après tout ! Alors profitez-en & faites-vous du bien !

 

Douce soirée & bonne méditation,

 

Marie.

1 commentaire

  1. Zab a dit :

    Merci Marie de partager ton chemin
    Je suis convaincue que l avenir appartient à ceux et celles qui pratiqueront même un tant soit peu la méditation…..en tout cas à ceux qui en auront saisi le principe et l intérêt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez